Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

qu'est-ce que le bonheur ? (3)

Ce mois-ci Philosophie Magazine publie un entretien entre Bernard Campan et Alexandre Jollien. Ce dernier a un discours très intéressant sur les relations humaines, le jugement, la liberté, et le bonheur. J'avais envie d'en publier un extrait ici : 
"je suis en train de me libérer de l'idée du bonheur, pour aller vers la joie. La modernité véhicule une idée du bonheur qu'on identifie platement à l'hédonisme ou au bien-être... C'est une définition très pauvre, négative et assez fade, qui résume le bonheur à l'absence de tristesse [NB : Je ne serais pas aussi catégorique sur l'hédonisme], à la négation de tout ce qui contrarie le plaisir. La grande, l'infinie différence entre entre le bonheur et la joie tient en ce que la joie intègre les malheurs, les peines, les difficultés que le "bonheur" exclut. Etre joyeux, c'est assumer la tristesse. Etre heureux, c'est la récuser, croire qu'on peut (et qu'on doit) vivre sans elle. Le bonheur est belliqueux, la joie fait la paix. [...] C'est amusant - si j'ose dire - de constater qu'on parle de la joie comme on pourrait parler du deuil, dans la mesure où le travail du deuil consiste non pas à nier la mort de quelqu'un, mais à l'assumer, de la même façon, le travail de la joie consiste à ne pas nier la tristesse mais à l'assumer."
A méditer...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dominique boudou 28/05/2007 18:02

Le bonheur est à faire.

Morgane 30/05/2007 12:42

Bonjour Dominique ! Contente de vous revoir par ici. Oui, le bonheur est à faire, mais aussi, à savoir reconnaître quand il se présente...

jean-marie 27/05/2007 17:05

Merci, Morgane...Merci de ton accueil empreint de gentillesse, de tes explications claires... je comprends mieux l'expression qui m'avait un peu dérouté... Il faut voir les choses de façon plus globale, essayer de rechercher ce qui fait l'unité de chaque vie... Je crois que je reviendrai me "ressourcer" ici, me reposer du quotidien et des rêves dans lesquels je me débats trop souvent... tout en sachant que j'aurais fort à faire pour suivre. J'espère ne pas t'ennuyer avec mes balbutiements... Si tu le permets bien sûr...je te dis à bientôtamicalementjean-marie  

Morgane 30/05/2007 12:46

Ton message me touche, mais t'inquiète, encore une fois, mon blog n'est pas réservé à des initiés, toute réflexion sur la vie m'intéresse, et moi aussi je balbutie... Et, je ne suis pas très assidue sur le blog pour un tas de raisons, mais j'espère à très bientôtamicalementMorgane

jean-marie (lambert palis) 27/05/2007 01:54

bonsoir,Je n'ai absolument acune qualification pour parler de philosophie... J'ai rencontré ce blog par l'ntermédiaire de celui de Valérie et je le trouve très riche... En ce qui concerne la discussion sur la différence entre bonheur et joie, un simple réflexion d'un béotien... Comme Arnaud (mais notre "convergence" ne va pas jusqu'à l'approbation sans réserve de sa petite plaisanterie post-électorale, encore que l'image choisie soit très "parlante") comme lui donc j'avais la conviction que le bonheur est quelque chose qui dure, un état que l'on voudrait permanent alors que la joie me semble être un sentiment ponctuel, causé par un événement agréable. Alors, la formule "être joyeux, c'est assumer la tristesse..." me semble difficile à accepter... Quant à l'Hédonisme... il va falloir que je replonge dans mes bouquins...je n'ai pas l'impression d'avoir apporté grand-chose au "débat" mais ce texte m'a intéressé...bonne soiréejean-marie  

Morgane 27/05/2007 12:48

Bonjour Jean-Marie, et merci pour ton com'. Tout d'abord, même si j'utilise parfois un jargon reliquat de mes études et lectures philosophiques et académiques, je considère qu'il n'y a aucune qualification à avoir pour discuter en philosophie, il suffit d'avoir envie de s'interroger sur soi, sur les évidences et sur la vie. Mes meilleurs amis philosophes n'ont jamais fait de philo à l'école, et pourtant ils sont très forts à ce petit jeu !Concernant ton com', je crois que ce que Jollien veut dire par "être joyeux, c'est assumer la tristesse", c'est que la tristesse aussi fait partie de la vie, comme la joie, qu'il faut accepter les deux. Le bonheur a un côté plus exclusif, à la limite il interdit d'être triste. On a pourtant le droit d'être triste ! Le message de notre société est souvent qu'il faut être heureux, atteindre le bonheur coute que coute, il n'y a qu'à regarder la pub ou lire la presse féminine ! L'idée de Jollien me paraît plus réaliste. Il faut savoir aussi que Jollien est quelqu'un qui a eu un accident à la naissance est qui est devenu ce qu'on appelle un infirme moteur cérébral. Sa vie est un combat autant qu'une réflexion. Ce qui est intéressant c'est de voir comment la vie et les idées philosophiques sont liées chez les gens, et même si on fait débat en philosophie, chaque vie est unique, et chacun à des réflexions philosophiques liées à sa propre expérience, et donc, uniques...Merci encore, et tu vois, ton com' a fait avancer le débat...à bientôtmorgane

Valerie 24/05/2007 09:32

Bonjour Morgane!!! (Tout d'abord petit message à Arnaud: "Eh Arnaud, il serait temps de passer à autre chose, les élections sont terminées, le monde ne va pas s'arrêter de tourner, bien au contraire...la vie continue!!!!")Concernant ton article, c'est un thème très complexe que le bonheur et les éléments qui rentrent en compte afin d'y accéder. Chaque petit moment heureux d'une vie contribue au bonheur, mais parfois on dit aussi "dans son malheur, il y a du bonheur", finalement le bonheur c'est parfois d'éviter le pire...de faire en sorte de vivre au mieux, car chacun a sa définition du mot!!!Bisous et bonne journée ;-)

Morgane 26/05/2007 22:06

Bonsoir Arnaud, bonsoir Valérie ! Merci d'être passés sur le blog et d'y avoir laissé vos commentaires. Je tarde un peu à répondre car je me suis absentée toute la semaine, j'étais en séjour dans le massif des Bauges avec une dizaine d'ados de l'IME où je travaille, c'était absolument fantastique... Bon, concernant vos réactions, moi je crois que le bonheur en tant que plénitude à atteindre est un leurre, mais c'est juste mon avis... la joie, où les moments de bonheur, comme on voudra, sont certes des évènements mais ils sont palpables et peuvent se présenter même dans le malheur, et c'est une force, voire un instinct vital que de pouvoir s'en saisir... cependant, il est clair que tout ça, c'est une question de vocabulaire. Je ne peux pas me dire que le bonheur existe en tant que tel parce qu'alors il faudrait être certain qu'il va durer et l'avenir est hypothétique. Peut-être que ce que je cherche à atteindre, c'est être en paix avec moi-même, alors le bonheur est davantage une disposition d'esprit, quelque chose d'intérieur et non d'extérieur, et ne dépend plus des circonstances. Dans la vie il n'y a qu'une chose que l'on peut espérer maîtriser un peu, c'est soi-même... Mais peut-être que je suis en train de faire du refrain "on est toujours tout seul au monde" une devise!!! Gare à moi! Sauve qui peut !... Et comprenne qui pourra !amitiés

arnaud 23/05/2007 22:27

Bon ok, mais en même temps, la joie est un sentiment temporaire, probablement dû à un evennement particulier, mais le bonheur c'est un permanent et se vit au quotidien.Par exemple, ce matin j'étais joyeux car j'ai appris que nicolas Sarkozy s'est cassée une jambe alors qu'il avait glissé sur une crotte de caniche d'une électrice de droite, une heure après je ne l'étais plus car j'ai appris que ce n'était pas vrai.¨Par contre, je suis heureux car j'ai une belle famille.En même temps, ce que j'en disSalut