Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

je rêvais d'un autre monde...

Il faut que j’en parle tellement ça ma désole… Pour un tas de raisons, et peut-être que je ne pourrai pas toutes les expliciter ici, parce que cela concerne mes questionnements et mes doutes, mes tentatives de réponses, au quotidien, depuis huit ans que j’exerce le métier d’enseignante spécialisée. J’accueille dans ma classe ces « naufragés du système scolaire », ces enfants qui, plus que les autres, forcent le pédagogue à se remettre en question. J’ai la chance de travailler en lien avec des psychologues et avec des éducateurs qui ont forcément des regards et des attentes différents sur les enfants, différents des attentes de l’éducation nationale. Nous vivons dans un monde de performance et de compétition, l’école est ce qui nous prépare à ce monde. Mais souvent, au lieu de nous armer pour ce monde, elle nous y plonge, en miniature, dès l’enfance : notation, programmes, rendements, pressions, obligation de résultats. En tant qu’enseignante, j’ai une vision simple de ma mission auprès des enfants : être en quelque sorte une initiatrice des codes culturels qui permettent à la personne d’appartenir à la communauté humaine… ça c’est mon idée, un peu humaniste, visiblement trop naïve… Je pensais que si l’école changeait, elle pourrait peut-être permettre aux enfants d’appréhender le monde d’une manière différente, dans un autre chemin que celui de la rentabilité, du stress, de la compétition entre humains… Mais non… ! L’école ne changera pas, d’ailleurs, tout cela semble se durcir désespérément…

Il faut faire du chiffre «diviser par trois, d'ici la fin de la mandature, le taux d'échec scolaire, à la sortie du CM2», par exemple. Ok, mais ce n’est pas l’école ici, qui est remise en question : les raisons de l’échec scolaire, comme par exemple l’inadaptation du système scolaire traditionnel à la relation qu’entretiennent, de par leur histoire, leur personnalité, certains enfants aux apprentissages,  au contraire, ce système se durcit, se renforce. Je ne peux pas détailler ici toutes les mesures qui donnent à penser cela, on peut les trouver sous ce lien : http://media.20minutes.fr/BOEcolePrimaireWeb_24243.pdf.

Ce qui me dérange aussi, c’est l’image que l’on donne des enseignants, à travers tout cela, comme si parler de calcul mental, par exemple, était une révolution. Ah bon, à l’école on ne pratique pas déjà ce genre d’exercice ? Les enseignants ne passent pas un peu pour des incompétents, là ? On nous dit que les problèmes de délinquance, d’incivilités, viennent du fait que l’école n’a pas su transmettre ce sacro-saint respect aux enfants. L’école responsable de tous les maux… Et la télé ? Et la publicité ? Et les parents ? Seulement, l’Etat ne réforme que ce qu’il peut : la télévision et la publicité sont les piliers de l’économie de notre système libéral : on n’y touche pas… Depuis que je travaille en IME, je travaille avec des éducateurs, dont c’est le métier d’éduquer les enfants, chacun son rôle… Et bien nos enfants, malgré leurs difficultés et leurs déficiences, sont très respectueux des adultes, et ce n’est pas à coup d’autoritarisme que cela se gagne… Nan, c’est juste une question de moyens, de fric : des éducateurs dans les écoles, ça coûterait cher (ceci dit le salaire d’un éduc’, ben, ça va pas très haut…) Enfin, fallait pas trop rêver quand même.

L’autre volet de la réforme, c’est le « retour à l’instruction civique ». Faux, déjà, il ne s’agit pas d’un retour, l’éducation à la citoyenneté a toujours existé en classe. Mais se lever au son de la Marseillaise, les symboles de la république, tout ça c’est du bourrage de crâne, de la propagande, à quand les jeunesses sarkosiennes ???

Il me semblait qu’avec la philosophie introduite en primaire, depuis quelques temps, on apprenait aux enfants à comprendre ce que voulait dire « être citoyen », et pourquoi cela était nécessaire dans l’idée du « vivre ensembles », mais peut-être que ça risquait de former des citoyens trop intelligents, qui réfléchiraient trop à leur propre condition, et qui deviendraient des adultes moins performants pour la machine capitaliste… A la place, des maximes morales, à apprendre par cœur, c’est tellement moins risqué pour le pouvoir…

Je rêvais d’un autre monde… Mais le monde est bien là, tenu par les mêmes exigences et  le même pouvoir, écrasant et abêtissant pour les individus. Bêêê, bêêê, restons des moutons !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sandy 21/04/2008 12:33

c'est beau ce qaue vous ecirvezbiz

Morgane 23/04/2008 10:53



Merci Sandy... Et bienvenue !
Revenez par ici quand vous le voulez...



jau_jacqueline 25/02/2008 10:57

Le savoir devrait s'élargir à de multiples horizons. Un architecte dirait que la structure scolaire déboucherait vers un cloisonnement, rendons leurs parois souples, transparentes et l'espace y serait moins étouffant, plus ouvert à toutes suggestions. De donner aux assoiffés du savoir, l'échappatoire pourquoi pas vers les bouquinistes, qui se meurent à petits feux, vers les librairies où des ateliers animent des débats entre auteurs et lecteurs. Et pourquoi ne pas vous informer auprès des auteurs locaux qui se tiennent à votre disposition pour présenter leurs ouvrages et les inviter pour lancer une discussion... Et à l'angle de votre rue, un petit théâtre où se déroulent des classiques certes, mais bien interprêtés, autant de pistes de décryptages pour découvrir le quotidien et aérer cette structure rigidifiée par le temps. A celà d'ajouter des ingrédients, à l'heure où le "crash" est à l'endettement, voir un peu d'économie : de plancher sur le budget et d'apprendre à tenir les bourses du porte-monnaie et nous savons que dès le plus jeune âge, chaque élève dispose d'un budget, voir de futurs consommateurs en puissance. Ce langage est aussi une philosophie de canaliser la pensée vers des domaines inexplorés, le concret. Des bouffées d'oxygène vers l'extérieur, éclaireraient les esprits....                                                                         JackieChangeons de pâturage et les moutons prendraient un autre goûtet leur laine ne serait plus tondue... pour cause de diversité et d'autres races grandiraient leur nombre...

dominique boudou 23/02/2008 08:20

Il faut continuer à rêver qu'un autre monde est possible et faire ce que l'on peut pour ça, là où on se trouve. N'abdiquez jamais l'utopie, ce rivage auquel l'humanité sans cesse aborde, écrivait Oscar Wilde.

Morgane 23/02/2008 22:56

En fait je n'ai pas envie d'abdiquer, car je me demande si ce président bling bling et mégalomane, qui nous en met plein la vue, n'agit pas en fait pour décourager les utopistes... Faudrait quand même pas lui donner raison... Aller, courage!  "Là ou on se trouve", oui ce n'est pas parce qu'il y a de nouvelles lois qu'il faut arrêter d'agir en conscience et de faire ce qui nous semble le plus légitime... A ce train là, bientôt ce sera carrément de la résistance...

Madison 22/02/2008 19:32

La philosophie en primaire est malheureusement très contreversée par certains inspecteurs plus dans la mouvance gouvernementale...On marche sur la tête en ce moment... perso, je n'en peux plus !PS : très saine lecture que King Kong Théorie ;-)

Morgane 23/02/2008 22:50

Grand ras le bol également de ce grand n'importe quoi...Au fait, c'est grâce à un article sur ton blog que j'ai découvert King Kong Théorie, un livre passionnant. Je suis en train de préparer une page dans laquelle je vais évoquer un peu toutes ces lectures...