Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

qu'est-ce que le bonheur (suite et fin)

 Ma réflexion sur le sujet vient de connaître une avancée déterminante (là je plagie un peu le Dude des frères Cohen)!  La signification de ce mot m'a toujours posé problème, mais je ne comprenais pas pourquoi. Je ne sais toujours pas ce qu'est le bonheur, mais je cultive une certaine joie de vivre, ou, devrais-je dire, une joie de vivre certaine. Le bonheur se définit par rapport à des évènements que nous qualifions subjectivement d'heureux, mais ils ne sont pas sous notre contrôle, même si je peux "décider" que tel ou tel évènement est pour moi un évènement "heureux". Quoi qu'il en soit, si c'est ça le bonheur, on ne l'atteint que par hasard, et il reste contingent, et fragile. Il se définit par rapport à des projections et à des manques, il est finalement relatif au vide de l'existence... L'expression "on n'est jamais content" en est la preuve triviale et ordinaire...
Mais la joie de vivre... ça y est je viens de comprendre un peu mieux Alexandre Jollien (voir "qu'est-ce que le bonheur (3)",
http://www.vielosophi.com/article-10463552.html). La joie de vivre est un état d'esprit qui ne dépend que de soi et non des circonstances extérieures... Et de ce côté-là, ça va, je suis plutôt heureuse de vivre, ouf! Sauvée!
Exit le questionnement du bonheur, je lâche prise, la réponse était là, déjà en moi : la vie. Est-ce que pour autant je dois fermer mon blog...????
Une autre pensée qui me trottait dans la tête ce matin : j'aime sourire de manière générale, je pense être quelqu'un d'assez souriant. Je souris aux gens parce que même si je ne vais pas bien, de toute façon, en général, ils n'y sont pour rien. Et si je vais bien, en plus, la plupart du temps, ils y sont pour beaucoup.
: )

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

delphine 06/05/2008 11:04

et si le bonheur n'était pas un sentiment justement?si le bonheur était un sens?au même titre que l'ouïe, la vue...qui permette de percevoir le monde?( ps : et attention! être content ou pas ça n'est pas être heureux ou pas!)à suivre... et à bientôt

Morgane 09/05/2008 09:00



Bonjour Delphine, et bienvenue ! Merci pour ce commentaire qui fait avancer ma réflexion... Car c'est un mot qui m'est particulièrement précieux :
"sens". Les perceptions, mais également les significations... Vous avez visé juste, à très bientôt, on en reparlera j'espère !



Dominique Boudou 19/03/2008 13:27

Le bonheur, c'est du chagrin qui se repose. (Léo Ferré)

Morgane 25/03/2008 13:50


Et... Si c'était, l'inverse ?


martin 18/03/2008 19:04

Voilà bien LA question devant laquelle je me sens particulièrement démuni !J'ai beau chercher, la réponse m'échappe comme du sable entre les doigts. Qu'est-ce que le bonheur ?!... je ne sais pas.Bonjour Morgane :)

Morgane 25/03/2008 13:56


Bonjour Martin!

Et bien en fait, j'espérais avoir un peu répondu à la question en me disant que finalement cela n'était peut-être pas LA bonne question à se poser.
Un peu comme la devise Shadocks : "S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème"...
Mais cela correspond surtout à un questionnement qui réapparaît régulièrement au fil de mes écrits sur ce Blog, et qui certainement m'a poussée à créer ce blog, à un moment de ma vie où je vivais
certaines choses... Et peut-être que maintenant ce questionnement me laisse en paix (d'où ma question sur la cloture du blog). Un blog dit "de philo" n'est pas censé être un journal intime, et
pourtant, peut-être en est-il un, en filigrane...


jau_jacqueline 18/03/2008 15:34

Déjà, parler du bonheur, c'est un commencent. L'effleurer, l'approcher et y penser...A quoi çà tient, c'est un tout et c'est fait de petits riens : je dirai "une petite philosophie" de ne pas passer à côté, de s'attarder sur les choses de la vie, et  un cheminement à l'essentiel : le bilan de ses journées, la vie me convient-elle ? Qu'est-ce qui me ferait plaisir de réaliser : donnons nous les moyens de les concrétiser, bousculons les portes et osons.C'est une force intérieure qui nous anime et être à l'écoute de soi, entendre cette petite voix nous murmurer : aie confiance, je suis là pour te rassurer.Dans un second temps, c'est s'oublier pour s'ouvrir aux autres : avoir envie, dans un élan de générosité de donner, plus qu'on pourrait nous donner, et ne rien attendre en retour.C'est un élan dans la vie, juste le plaisir de faire plaisir, d'être disponible et à l'écoute des autres.                                 Jackie

Morgane 25/03/2008 13:58



Une vision du bonheur...
Merci Jackie!