Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

fidèle à soi-même

Qu'est-ce qu'être fidèle à soi-même ? Est-ce important ? Et surtout, à quoi ça sert ? Est-ce que je cherche à rester fidèle à moi-même par souci de cohérence dans ce que je donne aux autres, ou est-ce avant tout une posture vitale et intime qui me permet de lier mon existence et ses aléas à l'être indivisible et permanent que je crois sentir à l'intérieur ?
A la fin du film L'auberge espagnole, de Klapisch, Xavier, le personnage joué par Romain Duris, est assis devant son ordinateur, torse nu, prêt à réaliser son rêve : devenir écrivain. L'un des murs de sa chambre est recouvert de photographies de lui, prises à différentes époques de sa vie. Il se lève et se demande qui il est. Plusieurs plans sont faits sur différentes photographies, tandis qu'il se dit quelque chose comme : "Moi, c'est lui, c'est lui aussi, et lui également..." Puis il y a un plan plus long sur une photographie de lui alors qu'il avait une dizaine d'années. A ce moment-là, on entend sa voix : « Et moi, c'est surtout lui, et lui, je ne veux pas le décevoir ». En fait je trouve que c'est le moment le plus touchant du film, lorsque je le raconte j'en ai la gorge serrée. Parce que pour moi c'est la même. Je me souviens de la gamine que j'étais, comme si c'était hier. Je me souviens de mes rêves et de mes « quand je serai grande... ». A l'époque je m'exprimais l'avenir de manière naïve et absolue. Je n'avais pas encore conscience de la complexité de la réalité, et de la profondeur qui peut la soutenir pour peu qu'on se donne la peine d'y mettre du sens. Mais je suis toujours dans cette même quête d'absolu, pendant que petit à petit, d'une manière particulière, je réalise certains de mes rêves. La fidélité envers moi-même, n'est-ce pas pouvoir regarder cette enfant en face en lui disant que je ne cesse de tenter de répondre à ses attentes ? N'est-ce pas suivre ce fil continu de ma naissance (ou plutôt, de mon enfance, car de ma naissance et des mois qui ont suivi, point de souvenirs conscients...), jusqu'à ma mort ? J'en reviens à cette idée que je suis une funambule de la vie... Et peut-être que je sais un peu mieux sur quel fil j'avance.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

w 27/05/2008 00:33

Clap clap clap! Bravo. Dis-donc, toi non plus tu n'es pas avare de prose sans images. Bah on s'y mettera un jour... ou pas.

Morgane 29/05/2008 21:55



Merci W ! C'est quand qu'on va où ? Car si l'humanité entière ne change pas ses intentions, ça va être difficile de s'y
mettre... Enfin, je crois.



Dominique Boudou 12/05/2008 11:50

Etre fidèle à soi, dans l'infinie variété des couleurs qui nous composent, serait être fidèle à notre enfance ? Je n'en suis pas certain. Les souvenirs d'enfance sont si souvent travestis que notre moi profond s'y trouve illisible. Et puis, mais sans doute est-ce affaire de génération, la fidélité n'est pas à mes yeux une valeur fondamentale, importante oui, mais pas constitutive d'un chemin éthique. Tant de fidélités ont confiné à l'aveuglement.

Morgane 14/05/2008 09:09



Merci Dominique, comme souvent, vous pointez LE problème auquel je n'ai pas osé m'attaquer...
Le déni n'étant pas une solution, j'y réfléchis sérieusement...



martin 11/05/2008 12:32

Votre texte est profond et émouvant. Il faut beaucoup de force intérieure pour ne pas perdre "ce que nous voulions devenir", qui parfois nous échappe dans la complexité de la vie que vous évoquez.A vous lire régulièrement, je ne doute pas que vous soyez de ceux qui ne se compromettent "naturellement" jamais : ces êtres rares.Bonjour Morgane :)

Morgane 14/05/2008 09:23



Merci Martin, ça me touche, mais je me demande finalement si cette rigueur ne masque pas une certaine forme de rigidité... Oh, mais là je crois que je dérape sur les
terres hostiles de la remise en question psychologique... :) En voilà une question, d'ailleurs, qui m'apparaît comme un gros rocher dont je n'ai pas encore trouvé la
meilleure voie d'ascension : quels sont les liens et les différences fondamentales entre la psychologie et la philosophie ?



Où sont les enfants ? 09/05/2008 12:56

Pas vu ce film mais cette réplique est fabuleuse : face à une photo de soi enfant, « Et moi, c'est surtout lui, et lui, je ne veux pas le décevoir ».Dans votre façon d'écrire à nu, il y a déjà inscrite cette volonté de rester fidèle à l'enfant qu'on était. Merci pour ce plaisir de vous lire.

Morgane 09/05/2008 15:43



Merci, votre commentaire me touche vraiment... A bientôt !