Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

busking Perth

P1050783.JPGPerth, capitale du Western Australia, plus d'1,8 millions d'habitants, fondee en 1829 sur des terres aborigenes, pas de la maniere la plus pacifique qui soit, mais bon, homme blanc etre le plus fort a la guerre (ben oui des siecles d'entrainement, nom de D...) La ville de plus d'un million d'habitants la plus proche est Adelaide, a une promenade de 2104 km...  Ce qui fait de Perth l'une des grandes cites les plus isolees au monde. Une ville isolee des autres dans un endroit ou il ne devrait pas y avoir de ville aussi prospere (Youpla Boum). Mais comment cela se fait-il donc mes jeunes amis? 99,9 % des gens avec qui je discute ici sont la pour la thune, l'oseille, les pepettes, la monnaie. Ne parlent que de ca. Ton activite quotidienne ne te rapporte pas beaucoup d'argent ? Tu es donc un looser... Trouve un moyen de rentabiliser le temps que tu passes a faire des trucs. Ou bien ecoute les conseils de ceux qui savent mieux que toi ce que tu veux et dois faire. Et ils sont nombreux (quelque chose comme 99,9%).

Tiens hier soir je discutais avec un quadra blondinet genre hippie surfeur qu'a voyage, qui dort sur la plage de Fremantle et qui aime bien ecouter ce qu'il dit. Le genre de personne qui te pose une question sur toi et qui, apres avoir saisi quelques mots de ta reponse ramene a lui et a sa looooongue experience de laaaa vie. Et bien pour lui je n'ai pas la bonne maniere de jouer de l'accordeon dans la rue (au fait, m'a-t-il deja vu faire...?) Il faut que je demande directement ET verbalement de l'argent pour qu'on m'en donne. L'argent est au centre des conversations. Des que tu parles d'un truc le focus est mis automatiquement sur cet aspect-la de tes paroles...

Alors au debut j'ai vraiment pas aime Perth. Du tout. C'etait pas ma philosophie, j'avais l'impression d'etre chez les inconscients. La Grande Babylon.

La ville est entouree de mines, mes jeunes amis. Or, fer, nickel, aluminium, manganese, metaux lourds, diamants, charbon, petrole, gaz naturel. Youpla boum.

 

La premiere fois que je sors dans la rue avec mon accordeon v'la qu'une Francaise se pointe et me demande si elle peut jongler pendant que je joue. Mmmmm...? Ouais... Pourquoi pas... Et c'est comme ca qu'avec Claire on s'est mises a faire la manche ensemble. Ah, oui, petit cours d'Anglais express. On differenciera le 'busker' du "begger". Le premier offre un spectacle, une "performance" a prix libre dans un espace public. Le second est plus direct et demande des sous aux passants. Il y a une grande tradition de buskers a Perth et Fremantle, juste a cote... Ca veut dire qu'il y a un paquet de gens comme nous, et que les passants sont comme qui dirait un peu blases. Enfin, pas tous. Enfin, ca change tout le temps. Les passants sont comme le reflet de ton humeur du jour. Et un petit sourire ou un petit mot, ou une petite piece, ou un billet, peuvent changer la donne en un instant. Je pars du principe que j'occupe un espace sonore et visuel public, et j'essaie de le modifier un peu en creant une ambiance. Mon travail est a prix libre, voire gratuit. Avec Claire la lanceuse de massues on a la meme vision des choses, c'est ca qu'est bien!

Nos plus grands fans etaient les enfants, bien entendu. Et les papys et les mamies souvent attendris par le son de l'accordeon. C'est sacrement interessant de jouer de la musique dans la rue pendant des heures, et d'observer les reactions des passants. Ceux qui font comme si tu n'existais pas, ceux qui haussent les sourcils, ceux qui tatent leurs poches pour faire comme si... mais bon ils s'en vont. Ceux qui sourient, ceux qui viennent te feliciter, te demander depuis combien de temps tu jongles ou tu joues de l'accordeon, ceux qui te balancent un piece sans meme te regarder, ce qui s'approchent en te regardant et en te souriant, ceux-la en general ils te laissent un billet... Ceux qui viennent te demander si tu peux jouer Amelie Poulain ou bien "un autre truc connu"... Les gosses qui voudraient bien s'arreter parce qu'ils ont encore des oreilles, des yeux et un coeur, et que les parents tirent par la main l'air de rien comme des petits chiens... Ca c'est carrement violent... Et ce gosse qui s'approche en sautillant, un soir, et qui du haut de ces cinq-six ans se plante devant moi, me regarde droit dans les yeux et me dit alors que j'improvisais sur les tricks de Claire : " I love this song !"... On s'est pris pas mal de rateaux, quelques regards hostiles, pas mal de sous au final, et surtout, beaucoup de bienveillance et de sourires, de belles rencontres avec les habitues de la rue, pas toujours les gens 'bien comme y faut", mais les abimes, les bourres, les clodos, les vendeurs du "Big Issue", le journal des gens de la rue (je prefere dire ca que sans-abri, question de point de vue), les autres buskers, les aborigenes dont le regard si doux est perdu dans un visage detruit par l'alcool et qui au bout de quelques semaines d'arpenter les memes rues que nous viennent nous encourager par un sourire ou un pouce leve... Chaque minute de cette vie de Gypsy est une surprise... Namaste.

Et puis toutes ces questions qui te passent par la tete... Comment une ville fait-elle pour absorber quotidiennement tous ces aliments gras vendus dans les "take-away"... Combien de sacs en plastique et de tasses de cafe jetables se baladent dans les rues a l'heure du lunch...? En fait, c'est comme si tu t'apercevais d'un mouvement global des choses, un peu absurde finalement, mais t'essaies de ne rien lacher, de continuer a balancer le souffle de l'accordeon et l' envol poetique des massues, de te dire que derriere ces visages par milliers sur des jambes pressees il y a des vrais gens qui eux aussi cherchent un sens a leur vie... Alors oui, apres tout, j'ai fini par aimer cette ville et ce qui s'y passe, d'une certaine maniere, avec Claire on s'est fait une place dans la Grande Babylon, sans rien lacher de ce qu'on etait.

 

Et aussi, petit bilan musical personnel : a mon retour je reprends les cours d'accordeon, je lui dois bien ca!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lucia 24/04/2013 20:12


Un message sms reste en "cours d'envoi" depuis quelques jours, du coup je m'inquiète car j'attendais ton retour sans aller voir sur la grande rue Internet ce que mon amie était en train de
vivre... yes! t'as trouvé le truc ma Ganmor, c'est le voyage ta source d'inspiration! Le récit est le genre de l'aventure humaine, ce road story se raconte comme une enquête géo-socio-culturelle
et politique alter mondialiste. Désormais, je prendrai de tes nouvelles ici, en t'attendant.


Je 'embrasse bien fort,


Lucia

Morgane 16/05/2013 10:24



Merci pour tes mots d'encouragement et je suis tres touchee que tu voies les choses comme ca! Je suis heureuse de ce message de toi, viens quand tu veux! Je reviens par chez vous mi-juin! Moi
aussi je t'embrasse bien fort!