Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

road trip vers l'Ouest, 2eme partie. Quelques extraits rearranges etc.

P1050482.JPGEntre Ceduna et Norseman il y a 1195 km, quasiment en ligne droite, sur la Eyre Highway, a travers le Nullarbor. Entre temps tu changes d'Etat, passant du South Australia au Western Australia, et aussi d'heure officielle au fur et a mesure, parfois juste d'une demi-heure ou trois quarts d'heure. Ce n'est pas a proprement parler une traversee du desert, dans le sens ou il s'agit d'une route goudronnee, que nous ne sommes pas les seuls a l'emprunter, et que tous les 300 kilometres environ il y a une station service et quelques habitations autour, parfois une petite ville... Le plus incroyable a mes yeux n'est pas ce que nous faisons, je veux dire, cette traversee... C'est plutot qu'il y ait des gens qui vivent dans des endroits aussi isoles... 

Approchant des frontieres entre Etats, des panneaux nous expliquent que nous ne pouvons pas transporter des fruits, legumes, fleurs ou autres graines d'un Etat a l'autre, et ce afin de proteger les flores locales. Nous sommes censes jeter dans des poubelles speciales nos denrees illicites avant de passer la frontiere. Si tu passes des trucs en douce, tu t'exposes a de severes amendes... Je me demande sur le coup a quoi peut bien ressembler la brigade australienne des fruits et legumes. Du Victoria au South Australia, il n'y avait personne a la frontiere et nous passons sans probleme apres avoir avale toutes nos pommes et nos carottes et nos bananes par mesure de precaution. Deux jours apres, approchant de la frontiere entre le South Australia et le Western Australia, du coup on y va confiants en se disant qu'en plein milieu du desert le poste frontiere n'allait pas etre plus mechant que le precedent... Et puis mos pommes et nos carottes et nos bananes de la derniere fois nous etaient restees un peu sur l'estomac.

Et la c'est carrement un complexe Poste Frontiere Station Service Souvenirs Kangourouland Resort qui surgit devant nous, trop tard pour s'arreter... Evidemment nous n'avons rien cache. Evidemment v'la qu'une garde frontiere en fin de carriere et qui a oublie comment on fait pour avoir l'air aimable se plante en plein milieu du passage... Evidemment on s'arrete. Sur le coup j'ai un peu la meme sensation que si j'avais cinquante grammes de weed dans mon soutif et un chien douanier qui vient faire des mamours. Je crois que tous les trois on se dit qu'on va l'amadouer avec nos gentils sourires, la grannie. Tu parles! Pour avoir l'air honnete on avoue qu'on a peut-etre une ou deux pommes, qu' on est desoles, bla bla bla... Ca l'attendrit pas du tout et voila qu'elle nous demande si on a du miel. Bien sur qu'on a du miel, c'est pas interdit quand meme! Bah si. Nous n'avons vu ca sur aucun panneau... Et voila qu'elle se met a focaliser sur le miel, nous fait ouvrir le coffre, les boites, l'etui de mon accordeon... Tiens le voila ton pot de miel! Et qu'on s'estime heureux qu'elle nous colle pas d'amende... Aller, circulez! bah... et nos pommes alors ? On en conclut qu'elle est une sorte de mielo-psychopathe, qu'elle est deja en train de se faire un the, et hop ca nous fait un sujet de conversation pour les 40 kilometres suivants...

 

On pourrait s'imaginer un voyage monotone et tres long, mais non, en fait. Peut-etre parce que tous les trois nous avons l'habitude de la route et des longues distances, et beaucoup de choses en commun. Et quand nous sommes un peu a cours de sujet de conversation Alejandro a toujours une nouvelle question a lancer... Monsieur a fait des kilometres en autostop! Quand meme, nous avons roule sur la ligne droite la plus longue de l'Australie : 90 kilometres sans une oscillation, sans un virage... y a meme un panneau au debut pour te le dire, histoire que tu apprecies ce grand moment dans toute sa plenitude...

Une succession de paysages arides, au sol sableux et rouge, et toute une vegetation offrant differentes nuances de verts, des arbres commes des brocolis geants, un peu. Le terme de desert n'est pas tout a fait approprie, il ne s'agit pas d'un decor de sable d'ou rien ne pousse. Les Aborigenes on donne a cette region le nom d'Oondiri, qui signifie "sans eau"... La vegetation est compose d'eucalyptus et de plantes adaptes au milieu arides, des arbres avec des formes sinueuses comme des petits dessins a l'encre de Chine. Parfois ce n'est qu'une vegetation d'herbes basses, d'autres fois il y a des arbres clairsemes, d'autres fois des forets, comme cette aire de camping qui nous accueille un soir, et nous dormons sous ces arbres secs et frugaux mais tellement amicaux. Sur le bord de la routes quelques carcasses d'animaux que se disputent rapaces et corbeaux viennent animer un peu le paysage... Et nous rappeler ou nous sommes, une route avec des stations servuices tous les trois cents kilometres, ou les camions et les voitures roulent vitent comme pour echapper a l'isolement... Malheur au wombat ou au kangourou qui traverse au mauvais moment... Moi je me laissais happer par ces paysages, qui pendant trois jours m'ont offert un peu comme des variations sur le meme theme... Une occasion d'apprendre a saisir davantage les nuances, a regarder avec un peu plus d'attention, le moindre detail, la moindre modification du paysage etant salutaire pour l'oeil et l'esprit. Ces petits Eucalyptus, par exemple, ont un dessin si souple et sinueux qu'il n'y en a pas un semblable a un autre... La nature est la plus inventive et la plus inspiree des creations artistiques. 'Fin moi c'que j'en dis..

Et nous avons passe trois delicieuses soirees avec mes compagnons, a parler, a cuisiner autour du feu et a faire de la musique (quel bonheur d'avoir retrouve mon accordeon!). Au quatrieme ou cinquieme jour nous arrivons a Esperance, sur la cote sud, dans l'Etat du Western Australia. Et nous nous plongeons dans l'ecriture de nous carnets de voyage respectifs... L'une en Italien, l'un en Anglais et l'autre en Francais... Nous ne nous sommes pas fait la lecture, mais le moment en lui meme etait un partage... Valentina est une femme sensible, un peu vive parfois, perfectionniste et quelque peu stressee, mais qui sait tout cela et travaille dessus. Et d'ailleurs elle assure, sans son souci du detail ce voyage n'aurait pas ete possible dans ces conditions... Et puis elle se detend peu a peu, des fois il faut juste un peu la forcer a lacher prise et a se detendre, a faire confiance, ne pas lui laisser d'autre chois que respirer. Elle va devenir une femme fantastique. Alejandro, le Californien d'origine mexicaine (rien que le personnage est deja tout un voyage), comme disait Ollie chez qui Valentina et moi nous habitions a Melbourne : "il semble etre ce qu'il pretend etre" (comme Ollie, tiens, justement). Absolument calme et gentil, pret a te faciliter la tache sans jamais rien imposer. Une force tranquille qui prend les choses simplement, et je pense que sa presence est tres benefique dans ma relation avec Valentina.

On m'a dit quelques fois qu'on attire a soi les gens qui nous ressemble ou qu'on a besoin de rencontrer. Ben, avec ces deux-la, je me dis que je dois etre sur une bonne voie :)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ju 21/04/2013 10:51


lus ma chère...ce fût encore un vrai plaisir que de te lire.Avoir de tes nouvelles,c'est déjà sympa mais le flot (ou flow)de ton écriture permet un réel moment d'évasion .Alors,je me dis que ta
volonté et cette quête au bout du monde se mêlent si bien qu'on atteint des moments comme universels oû l'âme ,l'esprit et le coeur ne font qu'un...de "l'art vivant"selon moi .Enfin
je savoure  la ressource humaine qui émane de ton récit et qui me semble si importante.Pensées affectueuses

Morgane 24/04/2013 10:35



Alors la je suis tres touchee... et vraiment ravie de pouvoir a ce point partager ce voyage et ce qu'il m'inspire... merci pour ces encouragements et cette affection... De meme... Et bon baisers
de Perth!



max 12/04/2013 22:52


rien de tel que les feu de camps du soir accompagne d'heureux voyageurs. De paysages sablonnants et de brises pleines de chaleur qui nous font bouger les cheveux. Ici, la route qui traverse les
prairies canadiennes fait une ligne droite d'environ deux-milles kilometres. C'est toujours agreable a traverser et ca va tres vite. Aller profite bien des decouvertes Morgane. Salut

Morgane 17/04/2013 11:37



En fait a vue de nez elle fait aussi 2000km ici, mais ca m'ai fait rigoler ce panneau qui t'annonce que pendant 90km, la ca va etre au cordeau, pas le moindre millimetre de deviation... C'est
vrai que ca va tres vite, a certain moments t'es comme sous hypnose, du coup tu pense meme pas a t'arreter... Et bon courage a toi, le camping dans ton coin n'a pas l'air aussi easy que par
chez moi... A plus! Chin Up!