Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vielosophi & Cie

Vielosophi & Cie

Tentatives de réflexion pour vivre et agir en conscience...

sédentaires et nomades

Tantôt sur la route, tantôt posée, ici, là ou ailleurs, dans les rencontres et les discussions revient souvent la question du nomadisme. Je ne me considère pas comme nomade, d’ailleurs je ne me considère comme rien du tout vu que j’essaie de ne me figer dans aucune étiquette. Arrachée, dégriffée, des fois c’est difficile de ne se situer dans aucune case, les repères sont toujours mouvants mais c’est ce que j’aime dans la vie et dans l’intelligence : l’adaptation, l’évolution… Je ne suis ni sédentaire ni nomade, juste SDF et potentiellement nomade vu que mon habitat depuis quelques temps est un camion.

Il m’est arrivé de rencontrer des gens qui se définissent comme sédentaires et qui s’excusent presque de l’être. Pourquoi ? Parce que mon choix de vie leur fait un peu envie mais qu’ils ne vont pas jusqu’à la réalisation ? Parce que leur choix implique, quand on y réfléchit bien, une infrastructure et une logistique un peu lourdes ? En tout cas, je pense que l’on n’a pas à s’excuser de ses propres choix devant ceux qui paraissent réaliser certaines choses par idéalisme… Sinon on n’arrêterait jamais de s’excuser de vivre.

Et puis la vie n’est pas linéaire, rien n’est jamais figé… Sédentaire quelques temps, nomade à d’autre, salarié un moment, en vacances à d’autres, le rôle social de chacun, c'est-à-dire la place que l’on prend parmi les autres n’est pas forcément définitive, ni subie, et il est surtout important qu’elle soit assumée. Je crois qu’on fait toujours des choix, c’est ce qui nous rend responsables et libres envers nous-mêmes et envers les autres. Je préfère voir mon existence de cette manière, en tout cas, cela me donne une bonne raison de vivre… Bon, je m’égare… Je voulais parler des sédentaires parce que je me dis quand même que c’est grâce à eux que je peux me nourrir par exemple, ou avoir des points de chute, des lieux où me poser quelques temps. On se disait ça ce matin avec une amie voyageuse tout en taillant des framboisiers (d’ailleurs il était grand temps de le faire, soit dit en passant…) : « heureusement qu’il y a des sédentaires pour s’occuper des jardins et des potagers… Du coup des fois on en arrive à culpabiliser d’être aussi instable géographiquement… » Mais le « nomade », celui qui n’est que de passage, véhicule avec lui d’autres savoirs, d’autres utilités. Il peut par exemple donner un coup de main à un moment donné sur un jardin en particulier, et se nourrir plus tard grâce aux fruits d’un autre jardin sur lequel il n’aura pas travaillé. Il amène avec lui le vent d’autres endroits et permet aux lieux fixes de se relier entre eux (ok y a déjà facebook pour ça, mais bon…) Nombreux sont les voyageurs qui se sont intéressés aux plantes sauvages comestibles et médicinales, et qui, parce qu’ils voyagent, en connaissent une grande diversité, et partagent volontiers ce savoir qui s’apprend difficilement dans les livres. Non, le nomade ne dépend pas toujours du sédentaire pour se nourrir, et même si c’est le cas, c’est une interdépendance qui apporte surtout, et pour moi c’est là l’essentiel, de l’échange entre humains, je veux dire de l’échange gratuit.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

les lubies 20/03/2010 22:53


D'une autre sédentaire... ( mais pas loin du point z !) : on t'attend !
Bisous


Morgane 24/03/2010 23:31



Même réponse qu'au point z alors... Fait plaisir tout ça ! A tout bientôt alors !
byz byz byz



z 20/03/2010 21:56


Un petit coucou du sédentaire (voir ermite) masqué... le printemps est de retour! YES!! ;) A bientôt!



Morgane 24/03/2010 23:30



Yes... On avait eu pas mal de discussions intéressantes à ce sujet... Vivement les prochaines !
A fond dans le jardin alors...?